Vous êtes ici : Accueil > Votre ville > Dossiers > Les travaux sur la voie publique
Imprimer cet article   Enregistrer au format PDF    Abonnez vous au Flux RSS     Partagez sur Facebook

Les travaux sur la voie publique

Article rédigé le 8/07/2019

Le programme de travaux de voirie

La commune de Saint-Loubès a prévu, à nouveau en 2019 comme les années précédentes, un important programme de travaux de voirie : le chemin de Mage (77 000 €), divers travaux d’entretien (88 000 €), de réfection de chaussée en cas de nids-de-poule notamment (60 000 €).

Deux grosses opérations sont en outre programmées : la rénovation générale du lotissement du Livey (2019), ainsi que la voirie du chemin des Bryons, suite à la construction en cours d’un lotissement au bout de celui-ci (2020). Total des deux opérations : 1 000 000 d’euros, à la charge de la commune.

Dès le mois d’avril, la communauté de communes a commencé les travaux de la seconde tranche de la rue du Stade, entre la cuisine centrale et la Poste. La troisième tranche, entre l’avenue de la République et le chemin de Nice, sera réalisée en juillet et août. Au total, les trois tranches, une fois terminées, auront coûté environ 1 000 000 d’euros.
Mise à jour du 22/08/2019 : suite à des problèmes sur le réseau de gaz de ville, nécessitant des travaux de réparation localisés entre l’avenue de la République et le chemin de Nice, et entrainant un retard de chantier, la fin des travaux est repoussée à décembre 2019.

Ces travaux de voirie demandent des budgets importants mais visent la sécurité des différents usagers de la route, et la commune cherche désormais systématiquement à en rendre l’usage agréable : trottoirs partagés piétons – vélos, barrière en bois, cheminements piétons élargis, création de zones 30.

Un chantier non prévu : l’avenue de Cajus. Le printemps 2019 a vu la circulation déviée de l’avenue de Cajus, suite à l’effondrement du réseau d’assainissement public, sur quelques dizaines de mètres. Ces travaux non prévus ont cependant nécessité un chantier de rénovation d’urgence, mené par la communauté de communes, compétente en matière d’assainissement collectif. Une fois les canalisations réparées, le revêtement de la voirie a été refait, à nouveau financé par la communauté de communes car l’avenue de Cajus est une des voies communales dont l’entretien a été transféré à l’intercommunalité.

Rénovation du parc d’éclairage public

Depuis quatre ans, Saint-Loubès consacre un effort réel pour renouveler son parc éclairage public. En effet, un audit de 2013 avait révélé la présence de très nombreuses lampes obsolètes dont la fabrication est désormais arrêtée car trop énergivores. La mise en place de lampes à LED, impose aussi parfois de changer certains candélabres.

Les travaux sont suivis par le SDEEG, à qui la commune a confié la gestion de l’éclairage public.

Avec 1 300 points lumineux sur la commune, le budget requis est onséquent, d’où le choix d’une programmation pluriannuelle. En 2016, 2017 et 2018 la commune avait consacré 60 000 € par an à ces travaux, entièrement couverts par une subvention du SDEEG. Cette subvention est limitée à 3 ans. La commune assume désormais en propre le coût de ces travaux : elle a néanmoins à nouveau prévu d’y affecter 60 000 € en 2019.

Espaces verts : des solutions esthétiques et pratiques

La commune développe depuis quelques temps, grâce à son service espaces verts, des aménagements paysagers de ses espaces publics.

Ainsi en va-t-il des abords du Pôle petite enfance Cabriole : l’aménagement paysager date de ce début d’année, à la fois minéral et végétal, avec des essences à croissance lente, qui laissent encore voir le paillage minéral, mais qui dans quelques mois recouvriront efficacement le sol. La végétation demandera alors un entretien beaucoup plus léger que celui d’une pelouse, qui peut exiger jusqu’à 11 tontes par an. Un pont en bois, à usage uniquement décoratif complète ces massifs. Une silhouette d’ours, qui reprend le graphisme des ours de la façade du bâtiment, et le nom « Cabriole », fabriqués par le service en structure métallique, accueillent désormais tel un sémaphore les enfants et les familles.

Le centre ville a été traité de manière identique, avec des pieds d’arbres et de massifs désormais en sol sec : de gros galets blancs apportent un aspect très graphiques et dispensent les services d’opérations de désherbage, très coûteuse et chronophages.

Déjà évoquée dans le précédent numéro, la rue du Stade a été aménagée dans le même esprit, en laissant néanmoins à la disposition des habitants un espace susceptible d’accueillir des plantes comestibles à cueillir par tous.